APPRENEZ LE CORÉEN FACILEMENT !

Top 5 des romans coréens (2)

Annyeonghaseyo Korean Dreamers ! Je vous retrouve aujourd’hui pour vous proposer une nouvelle sélection de 5 romans coréens à lire absolument ! Dans le dernier top romans coréens, je vous parlais de K-pop, d’idoles et de fantasy. Cette fois, laissez-moi vous présenter des univers plus sérieux et tout aussi immersifs ! Le tout, 100% auteurs coréens.

1 Pachinko de Min Jin Lee

C’est probablement le chef d’œuvre coréen le plus connu de ces dernières années. Pachinko est un roman coréen au succès littéraire tel, qu’il est resté un an en tête des ventes du New York Times Best-Seller et a même été adapté en série avec le talentueux Lee Min Ho dans le rôle principal. Mais de quoi ça parle ?

Dans Pachinko, nous entrons dans une fresque familiale qui suit quatre générations. L’histoire commence avec Sunja, une jeune fille de 17 ans qui tombe amoureuse d’un étranger nommé Hansu. Suite à cette relation, elle découvre qu’elle est enceinte. Hansu, lui, est déjà marié et père de trois enfants. Pour ne pas déshonorer sa famille, Sunja épouse un pasteur qui l’emmène avec lui au Japon. Cet exil est vécu douloureusement et l’intrigue tourne autour de cette immigration. Les sacrifices que doit faire Sunja montrent la piété filiale que l’on retrouve dans la société coréenne. C’est même le sujet principal du projet de conte Simcheong, que vous pouvez soutenir par-ici.

Pachinko dépeint la vie de la mère de Sunja, de Sunja elle-même, de ses enfants et petits-enfants. A travers toutes ces générations, l’auteure Min Jin Lee évoque de grands moments historiques Coréens et Japonais. Et si vous vous demandez pourquoi le livre s’appelle Pachinko, voilà un indice : jeu d’argent.

Même Barack Obama a aimé cette histoire traduite dans plus dans 30 langues ! Et vous, l’avez-vous lu ?

2 Kim Jiyoung, née en 1982 de Nam-Joo Cho

Place au féminisme avec ce roman coréen coup de poing ! L’auteure nous emmène dans la Corée du sud des années 80. Nous suivons le personnage de Jiyoung, de l’enfance à l’âge adulte. A chaque période de sa vie, elle démontre que la société coréenne ne laisse guère de place à la femme, la reléguant au rôle de mère qui doit enfanter et élever si possible, des « mâles ».

Femme forte, Jiyoung n’a pas voulu suivre le chemin des femmes de sa famille en abandonnant l’école. Elle a étudié et a obtenu un travail qu’elle aime mais finalement, malgré ses efforts pour être libre et indépendante, elle doit quitter son emploi pour prendre son rôle de mère à 100 %. Là, Jiyoung développe un trouble de la personnalité : elle se met à parler avec des voix et des mots qui ne sont pas les siens. Il s’agit de discours féministes qui sortent de sa bouche mais qui appartiennent à d’autres femmes.

La plume de Nam-Joo Cho est incisive. Elle critique la société coréenne avec des arguments en béton et passe en revue toutes les difficultés de la vie d’une femme : grossesse, éducation, scolarité, mariage, vie professionnelle, enfants… Et à chaque fois, il y a un obstacle à l’épanouissement : le patriarcat. Ce texte est si important, qu’il a été porté à l’écran avec Gong Yoo et Jung Yu Mi dans les rôles principaux. Je vous conseille vivement de découvrir ce roman coréen !

Kim Jiyoung, roman coréen féministe, the korean dream
Kim Ji-young, née en 1982 aux éditions 10-18

3 A propos de ma fille de Kim Hye-Jin

Il est temps à présent de parler tabou ! Du moins, en Corée. Même si la société change lentement, la question de couples du même sexe pose encore problème dans un pays où la tradition est légion. Dans le roman coréen A propos de ma fille, nous pénétrons un huis clos mettant en scène une mère, sa fille et la partenaire de cette dernière.

Green, 30 ans, vient s’installer provisoirement chez sa mère. Cette dernière accepte à contre cœur car sa fille ne vient pas seule mais avec sa compagne. La mère, obsédée par le regard des autres, craint les critiques du voisinage. Elle-même désapprouve cette relation et en est même révulsée. Elle ne comprend pas ce couple féminin, à l’opposé de ce que prône la Corée du sud. Ce qu’elle veut pour sa fille, c’est un mariage hétérosexuel, des enfants et une maison.

Vous l’aurez compris, dans ce roman, on se heurte à la vision archaïque et fermée de la mère de Green et celle de la fille qui est tiraillée entre les idées qu’elle défend et cette mère qui a du mal à ne serait-ce que prononcer le mot « homosexualité ». Ce roman coréen est poignant !

A propos de ma fille, huis clos, roman coréen, the korean dream
A propos de ma fille aux éditions Gallimard

4 Par une nuit claire de Kim Yi-Sak

Quand le crime rencontre l’Histoire, ça donne Par une nuit claire ! On fait un bond dans l’époque Joseon avec ce polar sensationnel.

C’est sous le règne du roi Sejong que se passe l’intrigue. Nous suivons A-Ran, une sage-femme qui aide aussi les médecins légistes à pratiquer les autopsies. En somme, elle s’occupe de la vie et de la mort. Dotée d’un fort devoir de justice, A-Ran ne s’arrête pas à ses fonctions et va parfois chercher des réponses où il est difficile d’en trouver : dans les tombes. En effet, pour elle, certaines morts sont suspectes et méritent qu’on enquête dessus. Par exemple, cette femme enterrée dans le secret et à la hâte, ou ces corps dénudés et carbonisés par un incendie, ou encore cet homme poignardé sans raison apparente… Bref, A-Ran décide d’enquêter pour donner la parole à ceux qui ne peuvent plus parler. Les morts.

Ce roman coréen est captivant, haletant et dépaysant. On navigue avec bonheur dans cette époque élégante mais aussi sanglante.

Par une nuit claire, époque Joseo, roman coréen, blog the korean dream
Par une nuit claire aux éditions du matin calme

5 Fils de l’eau de Byeong-Mo Gu

Plongez dans Fils de l’eau ! Ce roman-fable est un de ces romans coréens qui se lisent d’une traite. On nous emmène avec Gon, un enfant qui échappe à la noyade d’une étrange façon. En effet, quand le père du garçon décide de se suicider en l’emmenant avec lui au fond du lac, Gon développe des branchies. Ainsi, il devient une créature qui poursuit sa vie où elle a failli s’arrêter.

Un grand père décide de recueillir Gon qui peut vivre dans l’eau et sur terre. Pour qu’il ne devienne pas une bête de foire à la merci des curieux, le papy le cache, le nourrit et lui offre son toit. Le soir pourtant, Gon retourne au lac pour découvrir et apprécier son nouvel environnement fait de poissons et d’algues.

Ce roman coréen nous emporte comme les vagues et est écrit à la manière d’un conte. Si ce genre de texte vous intéresse, découvrez notre top 10 des contes coréens les plus connus de Corée du sud.

Fils de l'eau, roman coréen, blog the korean dream
Fils de l’eau aux éditions Picquier

Avec ce top de romans 100% auteurs sud-coréens, vous allez passer par toutes les émotions ! Que vous soyez du genre thriller ou tranche de vie, il y en a pour tous les goûts. N’hésitez pas à me dire si vous avez lu ces romans coréens sensationnels !

Ca pourrait vous intéresser
Comment utiliser les “vélib coréens” ( Seoul Bike )