Les femmes de réconfort coréennes (위안부), qu’en est-il aujourd’hui ?

Les femmes ont toujours réconforté le cœur des hommes mais ici, il s’agit d’un tout autre sujet beaucoup moins romantique… L’euphémisme des « femmes de réconfort » désigne ces femmes coréennes qui ont été exploitées sexuellement lors de leur jeunesse par l’armée japonaise dans des bordels dédiés à ces pratiques sexuelles.

Afin de mieux comprendre l’origine et les causes de l’apparition de ces femmes de réconfort  (위안부), faisons un petit voyage dans le temps.

Nous sommes en 1932, la Corée est une terre japonaise depuis son annexion et le régime militaire fasciste japonais met en place son expansion dans toute l’Asie. La Corée fait partie de ces pays qui vont subir les conséquences liées à la colonisation. Comme dans toute guerre, les soldats commettent de nombreux abus sexuels et viols. Sous pretexte d’éviter les viols sur les femmes locales par les soldats Japonais et d’empêcher la prolifération de maladies vénériennes, de nombreuses “stations de confort” se développent partout dans les zones de domination coloniale comme en Chine par exemple.

A partir de 1937, l’Armée impériale « recrute » de façon intensive des jeunes femmes ( en majorité originaire de Corée ) provenant des zones sous la domination coloniale japonaise les plus pauvres. Si ce n’était pas de force qu’on les kidnappait, c’était en leur promettant une vie meilleure en leur disant qu’elles allaient travailler dans des infirmeries ou dans des usines japonaises. Puis, on les emmène directement aux baraquements de confort où on les forçait à faire des dizaines de passes par jour pour satisfaire les soldats japonais.

Les femmes de reconfort en coree - blog coree du sud - the korean dream 13

Un système avait été planifié pour casser leur moral et ainsi éviter tout comportement de résistance. Ayant accepté leur nouveau sort, les femmes de réconforts n’avaient alors plus d’autres choix que de survivre. La plupart, encore mineures et sexuellement inexpérimentées se font battre violemment si elles refusaient de se soumettre. De nombreuses femmes de réconforts y laissent la vie dans cette violence pendant que d’autres préfèrent se suicider.

 

Les femmes de reconfort en coree - blog coree du sud - the korean dream 13
Image extrait du livre « Femmes de réconfort » de Jung Kyung-A (2007)

A savoir qu’à cet époque, de nombreux coréens ont également contribué à ce “business” en agissant en tant que passeurs. Ces coréens dits “Japanese friendly” ( en coréen 친일파 – Chinilpa )étaient considérés comme des traîtres qui ont collaboré avec les Japonais.

De 1932 à 1945, plus de 200.000 coréennes deviennent des esclaves sexuelles pour satisfaire les besoins de l’armée impériale japonaise. Au-delà des tortures subies, c’est l’institutionnalisation de cette pratique qui scandalise l’opinion publique après la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Et ce n’est pas seulement en Corée, mais dans toute l’Asie orientale que l’on retrouve des maisons de réconfort comme par exemple en Chine, en Indonésie, en Birmanie ou encore en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Les victimes qui ont survécu, par honte et disgrâce, n’ont jamais rien révélé pendant plusieurs décennies. Ce n’est qu’en 1991 soit plus d’un demi siècle après les faits que Kim Hak Sun, une ancienne femme de réconfort encore vivante, brise  le silence pour la première fois pour raconter son histoire. Son acte a également encourager et inspirer d’autres anciennes femmes de réconfort à témoigner en public de leur terribles experiences d’esclaves sexuelles.

« Ce n’était pas un endroit pour les êtres humains, c’était un abattoir »

Lee Ok Seon, 89 ans,  ancienne femme de réconfort

Vous trouverez ici, de nombreux témoignages poignants et très détaillés d’anciennes femmes de réconforts :

https://www.koreaverband.de/wp-content/uploads/2013/04/biographies_KoreanComfortWomen_english.pdf

Aujourd’hui, elles ne sont plus que 46 grands-mères ( 할머니 – Halmoni, elles préfèrent êtres désignées par le terme de “grand-mères” plutôt que « femmes de réconfort ») en Corée du Sud. Et ce n’est qu’en décembre 2015 que le Premier ministre Japonais Shinzo Abe présente au nom du Japon « ses excuses les plus sincères » et offre la somme de 7,5 millions d’euros pour dédommager les femmes de réconfort encore vivantes. Néanmoins, elles considèrent que cet accord intergouvernementale n’a eu pour but que d’enterrer l’affaire et reprochent au gouvernement coréen de ne pas les avoir consultées dans ce processus. La plupart d’entres elles ont donc rejeté ces excuses et cette aide financière en exigeant une réelle reconnaissance du gouvernement japonais à la hauteur de la cruauté des sévices reçus.

Depuis le 8 janvier 1992 et donc, depuis plus de 25 ans, une manifestation a lieu tous les mercredis juste en face de l’Ambassade du Japon pour réclamer des excuses sincères de la part du Gouvernement Japonais. Travaillant dans le même bâtiment que l’Ambassade du Japon, voici le spectacle auquel je peux assister chaque semaine :

Les femmes de reconfort en coree - blog coree du sud - the korean dream 13

Beaucoup d’étudiants assistent à ces rassemblements pour leur rappeler l’histoire :

Lors de la 1000ème manifestation en 2011, la statue 평화의 소녀상 (Pyeonghwaui sonyeosang– Statue de la paix) représentant une femme de réconfort assise a été érigée devant l’Ambassade du Japon:

Cette statue a beaucoup fait parlé d’elle, entraînant son objection et la volonté de son retrait de la part des Japonais. Il y a d’ailleurs tous les jours des étudiants qui campent tous les jours à côté de la statue pour la protéger

Les femmes de reconfort en coree - blog coree du sud - the korean dream 13

La statue est riche en symboles : Il s’agit d’une jeune femme assise au visage non effrayé avec le point fermé en signe de protestation et de colère qui est prête à se battre pour retrouver sa dignité. Ses cheveux courts représentent le fait qu’elle a été coupée de toute relation contre son gré. Elle ne pose pas ses talons sur le sol pour symboliser l’instabilité  de la vie de ses femmes. L’ombre de la statue au sol est celle d’une vieille dame en l’hommage à toutes ces grands-mères qui n’attendent plus que de sincères excuses avant de partir en paix. La paix qui est également représentée par l’oiseau sur son épaule :

Les femmes de réconfort coréennes ne sont qu’une facette des relations coréano-japonaises qui sont autant intimes que conflictuelles. D’autres sujets brûlants continuent à opposer les deux pays comme l’île de Dokdo ou la dénomination de la mer de l’Est par la Corée et mer du Japon par le Japon.

Dans les jours qui viennent le gouvernement Japonais rencontrera le nouveau président Moon- Jae In pour pouvoir discuter à nouveau de ce problème qui détériore les relations entre la Corée et le Japon depuis des décennies et qui est extrêmement important aux yeux des coréens.

Articles liés

8 Comments

  1. Bel article, très intéressant. La Corée, ce n’est pas seulement la K-pop et les stars. C’est aussi un pays « mal » situé géographiquement et donc à l’Histoire riche.
    Ce que tu expliques ici m’a permis de mieux comprendre la méfiance et même l’animosité qu’on peut voir parfois de la part des coréens âgés envers les japonais.
    Cette statue est très belle, j’espère la voir lors de mon prochain voyage.
    J’espère que tu écriras d’autres articles de ce genre.
    Bonne continuation !

    1. Merci Marie! Effectivement, cette page de l’histoire reste encore très difficile à tourner pour les coréens et j’ai donc trouvé intéressant d’aborder ce sujet ~ J’espère que tu apprécieras ton voyage ici 😉

  2. Cet article écrit à quatre mains n’est pas seulement pertinent mais aussi émouvant tout en restant factuel.
    Ta bienveillance toujours en filigrane….!

    Gamsa hamnida

  3. Alors là… Voilà un sujet auquel je ne m’attendais pas et qui pourtant ne manque pas d intérêt. Étant une grande passionnée d histoire j aime me renseigner et lire des témoignages (d ailleurs je te remercie pour le lien et je verrai si je trouve un livre sur cette part de l histoire)
    Bref… C était audacieux de ta part de parler d un sujet si important, à tel point qu il fait encore beaucoup parler de lui a notre époque, la preuve que les erreurs et les fautes commises dans le passé est gravé et continue de blesser.
    En tout cas audacieux mais un super choix car c était super intéressant à lire alors encore merci pour ton travail ~

    À bientôt et je vais essayer de participer un peu plus, ici ou sur insta, d ailleurs comme je disais dans un commentaire sur insta j ai hâte de découvrir le prochain article ~

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire Océane. Oui effectivement c’est vraiment un sujet sensible dont je pensais qu’il serait important d’en informer les gens qui n’en ont pas forcément la connaissance. Merci à toi de me lire! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *